Retour

ARVIS 4.0: Analyse des données

20.01.2020

La plateforme internet ARVIS 4.0 est l’outil développé par l’asr pour gérer les échanges d’information entre les cantons, les entreprises de recyclage et l’asr. Elle permet l’échange de documents, la réalisation des inspections et la saisie de la comptabilité des matériaux. Mise en service en 2017, elle a permis de boucler son second exercice comptable. Quels enseignements pouvons-nous tirer des statistiques des 413 entreprises utilisant ce logiciel ?

Les entreprises inspectées par l’asr gèrent plus de 11 à 12 millions de tonnes de déchets par an. La Suisse génère environ 24 millions tonnes (Mt) de tonnes de déchets par an (sans les matériaux d’excavation). Les déchets de construction,16 Mt, représentent 65% du total. (OFEV, 2016). 

Le graphique ci-dessous indique les quantités sortant des entreprises de recyclage et leurs stocks. Le flux le plus important vient des entreprises de valorisation des déchets de chantier minéraux (5-6 Mt). Les granulats de béton recyclé en composent la majeure partie (2 Mt), suivi par les granulats d’asphalte (1 Mt), la grave de béton et les granulats non trié (0,8 et 0,5 Mt). Comme indiqué sur le graphique, la quasi-totalité des stocks de fin d’année sont composés de produits et déchets minéraux. L’évolution de ce stock permet aussi d’évaluer si les produits recyclés trouvent leur place dans le secteur de la construction. Bien qu’il représente une part importante (⅓ du total : sorties + stock), il est plus ou moins constant sur les deux dernières années, et ce malgré les problèmes observés pour l’asphalte dans certaines parties du pays. Au niveau Suisse, les produits minéraux recyclés représentent entre 10 et 15% de la consommation globale de granulats (~ 50 Mt/an).

Quantités sortant des installations et leurs stocks 

Grafik FRANZ

Les matières premières secondaires issues des centres de collecte et de tri des déchets représentent plus de 2,5 millions de tonnes par an. Les ¾ des déchets entrants (1,9 Mt) dans ces centres sont des fractions pures qui sont collectées et acheminées dans les filières adéquates. Le "papier et carton" (0,28 Mt) représente la plus grande fraction collectée par les entreprises, viennent ensuite la fraction incinérable, la démolition non triée, les métaux et le bois (entre 0,17 et 0,11 Mt par an). Le dernier quart entrant (0,6 Mt) est composé des déchets mélangés issu des chantiers. Les centres de tri arrivent à en valoriser la moitié dans les usines d’incinération (UVTD) et ¼ dans les filières de valorisation matière. Le ¼ restant part en décharge.

Les entreprises de recyclage du bois usagé gèrent un flux de 0,75 Mt/an. La moitié du bois est valorisé thermiquement en Suisse dans des centrales de chauffage à distance (0,2 Mt), des cimenteries ou en UVTD (0,2 Mt). L’autre moitié du bois est utilisée dans la filière de fabrication de panneaux en bois aggloméré en Suisse (15%) et à l’étranger (85%).

De cette farandole de chiffre, on peut retenir que la branche du recyclage des matériaux est un acteur majeur de la transition vers une économie plus circulaire. La découverte des îles de plastiques dans les océans a focalisé l’attention des médias sur les plastiques. Loin des caméras, les acteurs du recyclage des déchets de construction permettent de fermer les cycles de matières et de réduire les impacts sur l’environnement, tout en ménageant les ressources naturelles de matières premières et les rares volumes résiduels de décharges. Qu’ils en soient remerciés ici.

MENU