Retour

l'asr à la Conférence de presse « Ensemble vers une construction durable »
Berne, 13 avril 2021

21.04.2021

Le secteur de la construction présente ses réussites en matière d'économie circulaire

Le 13 avril 2021, l'asr, l’ASGB, cemsuisse et la SSE ont présenté conjointement lors d'une conférence de presse les succès obtenus par les associations professionnelles en matière d'économie circulaire. Elles ont démontré par leurs présentations que l'économie circulaire n'est pas un territoire inconnu dans la branche de la construction.

Gian-Luca Lardi, président de la Société Suisse des Entrepreneurs, a ouvert la conférence de presse en expliquant la situation initiale. L'économie circulaire dans le secteur de la construction n'est pas une nouveauté pour les acteurs de la branche. Dans la politique et la société, cependant, le sujet ne prend que lentement de l'ampleur. Lardi a souligné que le taux de recyclage des matériaux d'excavation et de percement était de 75 %, mais a également précisé que 5 millions de tonnes de matériaux de démolition étaient encore déversés dans des décharges ou des usines d'incinération et que la part de béton recyclé n'était que de 15 %. Le terme « décharge » a aujourd'hui une réputation négative, a-t-il dit, et Monsieur Lardi a expliqué le potentiel de conflit avec la population pour les cantons entourant la question des espaces de décharges. En ce qui concerne les matériaux recyclés, des maîtres d’ouvrage privés et publics restent méfiants, même si la performance de ces matériaux est scientifiquement confirmée depuis longtemps. Lardi a conclu en soulignant qu'une vision globale ainsi que la fermeture des cycles des matériaux et de l'énergie sont nécessaires pour une économie circulaire conséquente. Pour cela, il faut toutefois que le monde politique crée des conditions-cadres favorables aux entreprises au lieu d'imposer de nouvelles réglementations.

L'ÉCONOMIE CIRCULAIRE DANS L'INDUSTRIE DU CIMENT

Gerhard Pfister, le président de cemsuisse, a également exigé que les contributions des entreprises du secteur privé à l'économie circulaire ne soient pas mises en péril par des activités gouvernementales. Au travers de différents exemples, il a montré le rôle important de l'industrie du ciment, la valorisation de déchets comme alternative aux matières premières et aux combustibles, leur cheminement comme partie du produit et leur retour dans le circuit.

LE RECYCLAGE ET LES RÉSERVES DE MATÉRIAUX :
UNE VISION DE L'ENSEMBLE DU CYCLE DE VIE D'UN PRODUIT

Daniel Kästli, vice-président de l'Association Suisse de l'industrie des graviers et du béton, a déclaré que l'économie circulaire était souvent mise au même niveau que le recyclage, mais que cela ne suffisait pas. Le point de départ le plus important pour promouvoir l'économie circulaire réside selon lui dans l'empreinte écologique. Il faut tendre vers une fermeture globale des cycles et Kästli a abordé les différents niveaux sur le plan technique et écologique. Le recyclage en fait partie et il faut poursuivre sur la voie de l’amélioration continue. Toutefois, Monsieur Kästli a également expliqué que nous serons à l'avenir également dépendants des réserves de matériaux et qu'il ne s'agit pas seulement d'augmenter les taux de recyclage, mais aussi d'investir dans l'amélioration de la qualité, de l'efficacité énergétique et dans le respect du climat. Afin de déterminer l'impact écologique global, une déclaration environnementale de produit complète est nécessaire, basée sur l'ensemble du cycle de vie d'un ouvrage et de ses produits. Il est important que les matériaux de construction aient des capacités de recyclage non seulement techniques mais aussi biologiques, c'est-à-dire qu'ils ne doivent pas contenir d'additifs problématique ; le recyclage doit être pris en compte dès la planification du produit de construction et la conception.

L'ASR : LE RECYCLAGE DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION - FAITS ET DÉFIS

Pour l'asr, c'est Kurt Morgan, président de l'asr a.i., qui a pris la parole pour transmettre à la presse le point de vue de l'association de la branche du recyclage des matériaux de la construction. Depuis la fondation de l'association sur initiative purement privée il y a plus de 30 ans, l'objectif de l'asr a été de fermer les cycles des matériaux et de promouvoir la qualité des matériaux de construction secondaires. De cette manière, l'association renforce l'efficience des ressources et veille à la fois à ce que moins de ressources soient consommées et à ce que les espaces rares de décharges soient préservés. Kurt Morgan a souligné dans ce contexte l’importance en amont de l’élimination des substances polluantes. Il a également évoqué le concept multi-bennes déjà établi de longue date - un système développé conjointement par l'asr et la SSE dans les années 1990 - et a expliqué le processus de tri dans les installations de tri et de traitement afin que les matériaux de construction puissent être reintégrés dans le circuit. Au fil des ans, les membres de l'association ont créé en Suisse un réseau national performant d'installations de recyclage produisant des matériaux de haute qualité. Les techniques utilisées sont constamment améliorées, de sorte que l'état de la technique ne cesse de progresser.

Enorme potentiel d'augmentation de l'utilisation de
matériaux de construction recyclés

Malgré le niveau déjà élevé de recyclage, il existe encore un énorme potentiel d'augmentation de l'utilisation de matériaux de construction recyclés dans la pratique, étant donné que de très grandes quantités de matériaux de déconstruction sont produites annuellement. Morgan a illustré cela en comparant la quantité de granulats RC stockés sur les sites avec le Cervin. Mais il a également souligné que 1680 bâtiments avec plus de 50% de béton RC ont déjà été construits et certifiés en Suisse.

Fonction exemplaire des autorités publiques
La fonction d’exemplarité des pouvoirs publics, à savoir la Confédération, les cantons et les communes, a contribué et contribue encore de façon essentielle à une meilleure acceptation des matériaux de construction secondaires. La Confédération a également donné un signal clair dans ce sens en acceptant la motion Schilliger/Wasserfallen.

Le défi des revêtements routiers
Kurt Morgan a aussi mentionné le revêtement des routes  comme défi majeur pour le recyclage: Afin d'atteindre des taux de recyclage plus élevés, l'asr, l'Association zurichoise des producteurs de gravier et de béton (FKB Zurich) et le Département des travaux publics du canton de Zurich, en collaboration avec la Haute école bernoise, ont élaboré sous l’égide de la plateforme « Gravier pour des générations » un guide des bonnes pratiques « Recyclage des agrégats d’enrobés et recours aux enrobés tièdes » comme standard. Douze cantons y ont déjà souscrit et le mettent en œuvre. Selon Morgan, les entreprises de recyclage ne restent pas non plus inactives et investissent constamment dans de nouvelles technologies pour réduire les émissions dans la logistique et la production.

REPRÉSENTATION COMMUNE POUR UN CHEMIN COMMUN

Cette conférence conjointe des quatre associations du secteur de la construction, du recyclage, du gravier et du béton visait à démontrer que le thème de l'économie circulaire occupe une place importante et que les entreprises investissent déjà beaucoup et s'y engagent fortement. Elle avait aussi pour but de mettre en lumière les différents points de vue et intérêts, tout comme les limites et obstacles freinant la promotion et l'accélération d'une économie circulaire de la construction. Bien que l'acceptation des matériaux recyclés par le grand public soit en constante augmentation, elle s'affaiblit lorsqu'il s'agit de mettre à disposition des emplacements où les déchets sont pris en charge, triés et traités. La loi sur l'aménagement du territoire traite le sujet de manière très restrictive. Par conséquent, les conflits d'objectifs existants doivent être résolus rapidement afin de ne pas mettre en danger l'existence des sites de production de matériaux recyclés.  

Les succès de l'association professionnelle asr et de son inspectorat neutre montrent que beaucoup de développements positifs peuvent être réalisées grâce aux initiatives privées et en étroite collaboration avec les acteurs de la branche et les autorités, sans corset réglementaire étroit. La transparence et la fiabilité requises au niveau du système de production et de contrôle sont des pierres angulaires de notre travail quotidien et de celui de nos membres de l’asr.

MENU